Naples, le Bombay européen

Cette année une de mes demandes à l’univers était de partir en Asie. Je crois que ce n’était pas encore le moment, alors l’univers m’a amené dans ce que j’appellerai le Bombay européen, Naples. J’accepte.

Tout d’abord, je dirais que c’était une très grande surprise, je ne savais pas qu’en Europe on pouvait être aussi chaotique et hétéroclite qu’à Bombay. Tout comme mon voyage dans la ville indienne, Naples a su créer cette « gêne » en moi. Aurais-je été bousculée, je le crois bien, en tout cas le ressenti était bien présent.

Pourquoi le Bombay européen ?

Le chaos ambiant

Le Bombay européen est le titre qui m’a inspiré pour l’écriture de cet article.

Naples est très vivant, comme à Bombay, il y a beaucoup de mélange : les églises baroques dansent avec le teufeurs et hippies de Piazza Bellini, les restaurants savent jouer à merveille avec les produits de la terre, mais ils peuvent aussi apporter une fantaisie mêlant sérénité et confort au palais ou ils peuvent friser la folie grâce à un chef théâtral menant la pièce de son restaurant comme un maître.

L’atmosphère des rues où virevoltent les vespas qui n’ont de cesse de nous faire frôler la mort à chaque instant et les ruelles sombres du quartier espagnol créent une ambiance obscure mais festive à la fois. Ainsi, j’ai trouvé qu’elle m’a rappelé Bombay, sauf que le jeu n’était pas la même, la pièce serait restée la même, mais les acteurs étaient différents : ils frôlaient la folie et la mollesse humaine.

Pas de Social Code. Absence quasi totale

J’irais même jusqu’à dire qu’il n’y avait presque pas de contrat social et c’est ce qui rend Naples si créatif en matière de produits alternatifs.

On y trouve beaucoup d’atelier, des magasins de produits naturels, transformés et recyclés en bijoux, sacs, savons, produits de beauté etc.

Je crois que la puissante influence de la mafia a fortement contribué à cette offre alternative qui naît souvent d’un désordre politique, économique et social. Je crois que c’est ce que j’ai préféré lors de ce voyage, je trouve qu’elle montrait bien les mécanismes de défense bien précis pour trouver des solutions et continuer à mener une vie humaine.

De la créativité, encore et toujours de la créativité

En matière de mode, Naples est très inspirante. On y trouve beaucoup de magasins vintage avec des propriétaires passionnés par les époques et leurs vêtements, mais il y a aussi la mode dans les rues, le style tend vers la provocation pour les femmes et plutôt soigné décontracté pour les hommes. J’ai été inspirée par les couleurs et les coupes totalement nouvelles que je voyais dans les rues. Un plaisir pour le regard.

En termes de The Patchwork ça donne quoi ?

Pour être honnête avec vous, pour une fois, je n’arrive pas à définir ce que j’ai ressenti et ce qui s’est passé lors de ce court séjour dans le Bombay Européen, mais j’ai été bousculée par l’absence de lien entre les choses, mais il y avait cette étrange sensation d’avoir un liant entre chaque chose. Alors quelque part, ce n’était pas un hasard que je me retrouve à Naples, car c’est le travail que je fais chaque jour, créer du lien dans la vie, connecter ce qui ne semble pas se connecter. Parfois, il y a des choses absurdes qui nous arrivent dans la vie, nous n’en comprenons pas toujours le sens alors qu’elles sont en lien avec un évènement futur qui nous donnera beaucoup de joie et de plaisir.

On le ressent à Naples en observant tout simplement le grand théâtre du monde et parfois on accepte de se prendre au jeu pour vivre.

Les lieux que j’ai adorés et qui sont Patchwork :

  • Quartier de Piazza bellini
  • Restaurant Cap’Alice : Via Giovanni Bausan 2880121, Naples, pour une ambiance napolitaine et théâtrale
  • L’île de Procida et la vue

** Mention spéciale pour le restaurant Ecomesara, via Santa Chiara 49, 80134, Naples **

Je suis amoureuse des moments que j’appelle « solace ou réconfort » et Ecomesara a pu me le faire vivre grâce à son plat de risotto revisité : Risotto au chou rouge à la pomme et burrata. Il était réconfortant, riche et généreux.

C’était un vrai délice, donc je vous recommande vraiment ce lieu, car la carte est inventive et fraîche.

The Patchwork, c’est aussi une affaire de ressenti et j’ai ressenti beaucoup de choses dès la première bouchée.

J’espère vous écrire un article prochainement et n’hésitez pas à me poser des questions si vous pensez partir à Naples bientôt.

😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s