The Patchwork Lab n°2: Le Bounty Grégorien

 

Le Bounty Grégorien 

Le Bounty Grégorien ? Pourquoi mélanger le nom d’une barre de chocolat avec l’idée de sociabilité pour décrire un plat vibrant au rythme de l’océan indien et du continent africain ?

Le Bounty Grégorien est l’histoire de mon enfance. Lorsque je venais d’arriver en France, on m’appelait « Bounty ». Au début, je ne comprenais pas très bien ce que cela voulait dire. En fait, j’étais comme la barre chocolatée, noire de l’extérieure et blanche à l’intérieure. J’ai trouvé cela assez triste comme commentaire et j’irais même jusqu’à utiliser le mot blessant.

Petit à petit, je me rends compte qu’il y a aussi des codes pour être noir. Il fallait correspondre à un critère spécifique aux yeux des noirs, aux yeux des blancs, aux yeux de l’image que la société a des noirs, aux yeux de la relation que les blancs entretiennent avec les noirs et vice versa etc.

Quelle position adopter ?

Je ne savais sur quel pied danser, car je ne rêvais que d’une chose, être moi-même. Je me suis rendue compte en grandissant à quel point cet exercice ou plutôt ma nature propre pouvait encore déranger. Un jour, j’ai fait un autre choix de cœur qui était de devenir végétarienne, je crois que c’était un choc de plus pour l’entourage. Je rejette ma culture ? Comment je peux être noire et ne plus manger à KFC ? C’est bizarre, tu n’es pas comme les autres noirs ?

Je ne comprends pas ? Est-ce que vous comprenez ?

La libération et la connaissance par la nourriture

Je dois avouer qu’en grandissant, je ne m’attendais pas à rencontrer ces commentaires, mais c’est une réalité bien existante et je ne la laisse pas être ma vérité. Elle ne devrait être la vérité de personne.

Ce plat est né pour célébrer cette histoire, c’est un hymne à la diversité et la liberté d’être soi. Grâce à ce plat, je fais la paix, il est végétarien, ce n’est pas le plat le plus sain et sans doute pas le plus respectueux de l’environnement, mais je l’aime quand même.

Pourquoi ?

Quand je le mange, je me souviens de qui j’étais, ce que je vais devenir et ce que je suis en ce moment. Je me souviens de mon enfance passée dans l’océan indien grâce au rougail tomate, je me souviens de mon adolescence boueuse et difficile apportée par la sauce graine et je sens la légèreté, l’harmonie du moment présent lorsque je porte le jus d’hibiscus au gingembre à mes lèvres.

The Patchwork est né pour apporter la conscience de la nourriture, mais pas uniquement de la qualité des produits ou d’un régime alimentaire. Il s’agit aussi d’aller voyager à l’intérieur de soi pour faire émerger des émotions longtemps enfouies au plus profond de nous-même : c’est une affaire tellement sérieuse et légère.

Aujourd’hui, je suis une Bounty, c’est vrai, je suis noire de l’extérieure et remplie de lumière blanche à l’intérieur que j’adore partager avec vous chaque semaine ! :p

 

>>>>>>>>>>>>OBTENIR LA RECETTE C’EST ICI<<<<<<<<<<<<

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s