Je suis une femme

Un jour, pendant une conversation, on m’a posé la question de savoir quel type de femme j’allais devenir ? J’avais 22 ans et cette question était déroutante.

Je n’ai jamais vraiment su comment y répondre jusqu’à mes 25 ans, le moment où j’ai senti la réponse. Je ne cherchais plus à plaire, je voulais choisir. Je ne cherchais plus, car j’étais. Je ne voulais plus être belle, je le sentais. Je sentais naître cette nouvelle conscience subtile, la conscience des injustices envers les femmes, les violences verbales et physiques, mais aussi la beauté de la différence, l’amour, la protection, la créativité, l’ouverture et la force.

Cela me fait penser aux femmes de mon enfance…

J’ai grandi au sein d’une grande famille matriarcale, ma mère, mes tantes, les cousines prenaient et occupaient toujours une place importante. Lorsque l’on est enfant, on ne réalise pas toujours la force qu’elles avaient, mais en grandissant, on voit les mensonges pour protéger, les fuites pour la liberté et des droits, les rires jaunes pour masquer une abscence de choix.

Ensuite, je pense aux hommes de mon enfance, mon père, la polygamie, la disette amoureuse menant à la reproduction et non la célébration. Cependant, il y a les rires chez les hommes de mon enfance, on rit beaucoup.

Ainsi, je grandis, je m’envole pour la France. Ici, c’est une nouvelle dimension qui s’offre à moi. Tout d’abord, le choc, le désespoir puis la compréhension. Tout n’est pas blanc, ni noir. Les couples sont plus libres, on peut essayer d’échapper à son destin, la femme à des responsabilités différentes de celle que j’ai connues. J’ai observé tout cela et j’ai fini par choisir le type de femme que je voulais être à 25 ans.

Il ne s’agit pas de choisir ce que l’on veut devenir, il s’agit de se construire chaque jour et faire de son mieux. Tout cela est possible en regardant le passé, en vivant le présent et en imaginant un futur meilleur. Lorsque l’on a conscience de ces trois états alors on peut commencer à vivre pleinement sa vie de femme et inspirer.

En cette journée internationale des droits de la femme, je remercie le passé d’avoir fourni les efforts nécessaires à nos droits, j’espère que les femmes du présent continueront à travailler vers l’égalité des chances et n’auront pas peur d’être elles-même. Enfin, j’espère que le futur nous réservera un monde rempli de femmes s’exprimant de façon différente, toutes aussi belles et fortes !

Je n’oublie pas les hommes qui ont décidé de célébrer ces femmes, de se lever aussi face aux injustices et d’être de meilleurs hommes afin d’apporter un équilibre à notre monde.

Belle journée internationale des droits de la femme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s